On fait quoi pour aller mieux ? (sans passer par le psy)

Par défaut

J’expliquais l’autre jour à une amie que, parfois, je me raccrochais a de multiples « prises », tel un escaladeur de haut niveau, pour éviter de sombrer dans la déprime et les angoisses.

Je parviens ainsi à échapper aux « « professionnels » » de la question, lorsque ça ne va pas.

Vous vous souvenez du bonhomme sur le fil ? La ligne ? Il « rouspétait » après la main chaque fois que le dessin s’interrompait ? C’est un peu moi. Je marche. Je me laisse parfois surprendre par un vide, un obstacle. Je peste, je m’agrippe, je remonte, j’engueule mon cerveau (oui, ma main à moi, c’est mon cerveau), et je poursuis mon chemin.

Dans mon cas et à mon niveau actuel, je me sens capable d’être mon propre psy et coach. Je l’ai décidé ainsi. Je ne veux pas virer dans l’automatisme du  » ça va pas ? Bah faut « voir quelqu’un » » (sous-entendu un psy).

Oui, je pars à la rencontre de quelqu’un, mais ce quelqu’un c’est moi-même. Et gratuitement en plus (ou presque). C’est le premier intérêt. Mais il y en a bien d’autres.

Je me connais mieux que quiconque. Je connais mes qualités, mes défauts, mes tords, mes raisons, ma conscience, mes ombres et mes lumières. Je suis donc la plus à même de me poser les bonnes questions, de me remettre en question, et de travailler avec moi, sur moi.

Je vie avec moi en permanence (enfin normalement-rires). Je peux donc analyser mes pensées et mes actes, 24/24. Je peux me booster aux moments où j’en ai le plus besoin, sans attendre de rendez-vous. Cet auto-coaching est une gymnastique qui demande un peu d’entrainement mais qui devient petit à petit une habitude et un mode de fonctionnement.

Je me parle souvent à moi-même. Lors d’une ballade en foret avec mon chien, par exemple. Je parle à haute voix. De tout. Je déverse, je me questionne, je me réponds, je remets de l’ordre dans mes pensées, j’émets des idées. Et mon chien ne me fait pas payer pour m’écouter.

J’ai mis en place tout un tas de stratégies salvatrices auxquelles me raccrocher. Pour distraire mon esprit et mon attention ailleurs, et les éloigner le plus possible du gouffre.

  • Avant toute chose, j’écoute et je reconnais mes émotions. J’exprime à haute voix l’état dans lequel je suis. Comment je me sens. Pourquoi. Je laisse les vagues m’envahir. J’accepte d’aller mal. Sans aucune résistance. Je ne nie pas. Je ne refoule pas. J’accueille. Avant d’agir. Avant de me distraire. Avant… d’avancer.
  • Si je suis avec ma fille, je joue avec elle. Je m’occupe d’elle. Je lui masse les petons. Je fais la lecture. Je la regarde, je respire ses cheveux, je l’écoute, je l’admire, je savoure sa présence. On pose des fleurs sur la table pour le petit déjeuner. On organise un gouter avec les peluches. On dîne au lit devant un dessin animé. On écoute de la musique en dessinant, on s’endort avec une bougie et de la musique relaxante, on sort visiter un lieu…. Etc. On bouscule un peu le quotidien, on apporte quelques changements, des pointes de folies, de gaieté… et nous prenons soin de nous.
  • Je pars m’enfuis dans la nature. Marcher, courir, faire du yoga en forêt, enlacer un arbre… et surtout respirer à fond. Les senteurs et la contemplation de notre belle campagne me permettent de me recentrer, de m’ancrer ici et maintenant, de me plonger dans un état méditatif reposant. De revenir à l’essentiel.
  • Musique, danse, chant, impro… . S’exprimer, à travers l’art. Ma plus grande passion… le spectacle. Même si mes mises en scène n’ont lieu actuellement que dans mon salon, j’y prends un gargantuesque plaisir !
  • La meilleure psy du monde : l’écriture. Elle vide votre esprit, remet de l’ordre dans les idées, voir, même, en révèle que nous ne soupçonnions même pas…  L’écriture valide ou exclu des possibilités… et libère. Un des plus grands outils pour la connaissance de soi, à mon sens.
  • Même si cela va vous semblez bizarre, ou plutôt à l’encontre de ce que j’ai pu écrire auparavant, je m’offre ou bien j’offre à ma fille quelque chose de matériel : un livre, un vêtement, un jeu à faire à deux, du parfum… Oui, malgré ma philosophie du minimalisme, j’aime aussi nous faire plaisir, (heureusement !).
  • Je cuisine en écoutant de la salsa ou du flamenco. Des oignons, de l’ail, des poivrons qui dorent dans l’huile au rythme de la guitare… suffit que le soleil s’invite et là je me sentirais presque « chez moi »… ou plutôt ailleurs, en Andalousie… mais l’Andalousie coule dans mon sang…
  • Je me nourris passionnément de livres sur la santé et le développement perso pour continuer mon travail personnel. Plus on connait la manière dont fonctionne notre tête et notre corps, plus on est a même de détourner, de déjouer leurs pièges, de moins se laisser surprendre. De les comprendre. De les accepter. Et d’évoluer…
  • Je visionne des vidéos (ou j’écoute des podcasts) de personnes inspirantes pour moi, telles que Cécile Doherty Bigara, Ilia Renon, Eloise…. j’en ressors gonflée à bloc en général.
  • Je m’occupe de moi. Cheveux, peau. Avec des produits naturels of course (miel, huiles végétales).
  • Je fais le ménage. Faire le ménage dans ma maison, c’est faire le ménage dans mon esprit.
  • Je prends une douche chaude et j’imagine toutes mes émotions négatives s’évacuer dans le bac…
  • Je bois beaucoup d’eau et je mange sainement. J’ai le sentiments d’avoir les idées plus claires ainsi.
  • Je trie, je jette, je donne, je vends, j’échange. je fais place nette aux nouvelles idées, aux nouvelles choses. A du meilleur. A du différent.
  • Je tente de refaire la déco de ma maison avec ce que je trouve à l’intérieur. Ou bien en dépensant le moins possible (vide grenier, troc, Emmaüs, Aspire…).
  • Je fabrique des produits. Le prochain : de la lessive avec du lierre ramassé dans la forêt.
  • Je me lance des défis : cuisiner plus de plats végétariens. Tenir jusqu’à la fin du mois sans plus rien dépenser. Trouver 3 nouveaux looks avec ce que je possède déjà dans mon armoire.
  • Ou sinon vous pouvez aussi vous ratatinez dans le fond de votre lit et regarder des films/séries qui vous boostent (attention, stratégie sympa à petites doses mais qui peut rapidement vous encrouter. Idée de séries : « Fais pas çi fais pas ça » ou encore « How i met your mother ».).
  • Le millepertuis : une plante qui fait des merveilles. Aussi appelée « la plante de la joie ».
  • Je fais des projets. Même s’ils n’aboutiront jamais, pour certains et même pour beaucoup d’entre eux. Mais ça me tient éveillée. Actrice.
  • Et si malgré tout cela, je ne parviens pas à me botter le cul par moi-même… je sors. Prendre un verre avec une amie. Trouver quelqu’un à l’écoute, une personne non jugeante, avec qui je peux  échanger, car ça, ça fait également toute la différence.

J’espère que ma petite liste toute personnelle et non exhaustive vous aura donné des idées.

Je vous invite à réfléchir à la votre, et, pour aller plus loin, à visionner cette sélection de vidéos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s