Pourquoi être mince et musclé, c’est bien ?

Par défaut

Je croise souvent des femmes tout à fait proportionnées (j’entends par là sans problème de surpoids/ de poids/de santé en particulier) qui ont la hantise du pete de gras. Elles culpabilisent au moindre repas un peu trop riche. Elles s’inscrivent dans des salles de sport  onéreuses dans le but de se sculpter un corps mince, musclé, tonique, parfait. Si elles m’entendent dire que j’ai mangé de la friture 3 fois dans la semaine, ou que je peux m’enfiler une tartiflette chaque soir, elles sont scandalisées (oui, en même temps j’ai surement un drôle de métabolisme).

Ces mêmes femmes qui, à peine enceintes, annoncent quasi en même temps que leur grossesse à leur entourage qu’elles ne comptent pas « prendre une taille » de plus, rassurez-vous ??? Perso, j’étais pas inquiète. Quand on m’annonce une grossesse je n’ai pas l’habitude de m’angoisser pour le poids de la femme enceinte. D’autres choses me viennent à l’esprit. Pleins de choses. Mais pas ça.

J’ai revu récemment une femme qui a accouché il y a quelques mois. Elle avait littéralement fondu. Lorsque je lui ai fait la remarque (le compliment ???), elle m’a répondu, avec de gros yeux, comme s’il s’agissait d’une évidence : « oui, heureusement, quand même !!! ».

Pourquoi « heureusement quand même » ? C’était à ce point une priorité absolue ? Quelques semaines après un accouchement ??

Devenir mère est transcendant. Les premiers mois, la maman est –normalement, mais dans notre société riche et occidentale c’est de moins en moins évident- toute dévouée à son nourrisson. Le corps, lui, met naturellement 9 mois à se remettre du processus de la grossesse et du traumatisme lié à l’accouchement. Et c’est normal. Le presser, le fatiguer, le contraindre à immédiatement redevenir tel qu’il était avant est contre nature et mal-traitant.

Mais cette façon de penser est toute personnelle.

J’ai été dans cet état d’esprit. Je regarde encore parfois mon fessier trop mou à mon gout et mes vergetures d’un mauvais œil. C’est normal, je pense. Mais je me reprends rapidement : car c’est terminé. Je veux vivre plus sereinement avec cette merveilleuse enveloppe. Vivre pleinement avec ce corps d’être humain imparfait, de femme et de mère de 33 ans. En prenant soin de lui, mais sans me prendre la tête sur ses petits défauts. Parce qu’après tout, c’est quand même très superficiel d’accorder autant d’importance a un physique, non ?

Un corps sain, c’est un corps duquel on va avant tout prendre soin, non pas pour l’image qu’il renvoi. Mais pour sa santé et son bien être. C’est un corps que l’on nourrit correctement et à sa faim. Qui traverse les années et les bouleversements naturels sans chercher à camoufler, à contrôler, à modifier… à outrance. C’est un corps que l’on ne violente pas. Que ce soit avec un régime alimentaire aux exigences draconiennes, ou avec un sport trop violent ou agressif. C’est un corps reposé, apaisé, détendu. C’est aussi et un esprit joyeux et bienveillant qui l’habite.

Bien-traiter son corps, c’est l’écouter. Le connaitre. Et agir en fonction de « ses appels« . Vous êtes trop fatigué pour aller courir ce soir ? Pourquoi vous imposer cela, au juste ? Posez vous réellement la question. Avant, je m’infligeais des séances d’abdos, des pompes ou des courses de 10 km. Pourquoi ?

Je ne parle pas d’une activité que l’on réalise par pur plaisir. Mais plutôt des séances que l’on s’impose.

Aujourd’hui, le sport se fait de manière naturelle, et avec joie, quand j’en ressens l’envie et le besoin. Sans devoirs ni contraintes. Il faut dire que j’aime ça, j’ai toujours été une sportive dans l’âme. Pendant ma dernière semaine de vacances cet été, j’ai passé 10 heures à marcher dans la foret… Je cours avec mon chien, par plaisir et pour me défouler. Je porte ma fille dans les bras (je suis donc musclée… et pas besoin d’haltères ni de machines pour cela !). Je joue avec elle par terre (je conserve ma jeunesse !). On s’amuse avec une séance de gym pour enfants sur youtube, on ri. Je passe des heures debout, à cuisiner et à nettoyer notre maison. Je danse tout un après-midi, parce-que c’est une passion.  Et  le yoga… est pour moi une bénédiction ! Il soigne mes maux de tête et calme mon mental. Il assouplit mon corps mais aussi mon esprit. Tout en douceur.

Nul besoin de me chronométrer, de me dépasser, d’entrer en compétition, que ce soit avec les autres ou avec moi-même. Nul besoin d’une régularité absolue dans la pratique, ni d’un encadrement militaire. D’horaires. D’injonctions. Nous en avons déjà assez comme ça dans notre société actuelle, par notre job, etc.

Nul besoin, non plus, de payer 400 euros l’année pour se rendre dans un club, brusquer son corps dans l’unique but de le rendre plus svelte et plus musclé. De ressortir rouge, en sueur, affamé. Et de ne rien manger en rentrant pour que « ça fasse plus d’effet ».

Depuis que j’ai appris la bienveillance envers moi-même, mon regard sur la beauté a changé. Je me traite désormais avec plus d’amour. Aujourd’hui, je trouve 100 fois plus beau un corps « vrai » et authentique. Quelques rondeurs, des cicatrices. Des imperfections. Des rides. Mais qui reflète un caractère. Une histoire. Une personnalité. Une identité propre. Un esprit. Une âme, en fait.

J’ai même tendance à ne plus trop faire attention au physique des gens. J’ai souvent le sentiment, lorsque je rencontre quelqu’un, de le percevoir « au delà » de l’apparence. Pour ce qui émane de la personne. L’aura ?

La perfection est-elle réellement plus belle ? Oui, un corps et un visage parfaits suscitent l’admiration, c’est vrai. Mais pendant combien de temps ? Dans quel but ? A quel prix ? De la part de qui ? Des bonnes personnes, vraiment ? Pour combler quel vide ? Ça en vaut vraiment la peine ? C’est pas un poil superficiel ? Quand on ouvre l’enveloppe pleine de paillettes, il en sort quoi ?

Osons être nous. Tout simplement. Depuis nos tripes. Et osons… nous accepter, et nous aimer, pour ce que nous sommes.

Et plus on a le courage d’être soi, plus on fout la paix à son physique, plus on se sent aligné et en paix… et plus nous rayonnons.

Tellement inspirant :

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s