Faire des bonds.

Par défaut

J’ai le sentiment de faire des « bonds d’évolution » depuis quelques temps.

Je note souvent des périodes, dans ma vie, faisant office de « bonds ». De prises de conscience et de changements importants, à la vitesse grand V. Plus j’avance sur le chemin, plus chaque bond est puissant et me projette davantage vers l’avant.

Et j’ai envie de vous faire profiter de ce que j’ai découverts / appris dernièrement, et qui a contribué à cette évolution (hormis la transcendante expérience de la vie et les évènements qui la remplisse actuellement : mon divorce, mes séparations régulières avec mon enfant, mon travail, les interactions avec mes amis, les conflits familiaux, etc.). Plus largement (car je ne peux pas vous embarquer avec moi dans mon voyage personnel), voici des sources accessibles à tous :

J’ai passé des heures à écouter avec passion les conférences de Jacques Salomé via You Tube. Particulièrement sur l’auto-sabotage et sur le fait de s’aimer tout en étant différents. Je vous invite à écouter cet homme, plein de sagesse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis aussi partie en quête il y a peu d’une réponse à LA grande question : qu’est-ce que l’amour véritable ? Est-ce la passion, le coup de foudre, les papillons dans le ventre ? Que se passe-t-il après la passion ? Aimer l’autre, ça veut dire quoi, exactement ? Est-ce, de suite, une évidence ? Et, alors que je cheminais progressivement vers plusieurs réalités qui s’offraient à moi, la vidéo d’Eloïse est tombée à pic, venant confirmer et valider mes bribes de pensées et mon brouillon de ressentis d’où émanaient quelques vagues conclusions : « Les langages de l’amour » (chaine Easyblush). Je vous invite également à écouter cette douce personne.

 

 

 

 

 

 

Je retiendrais de toutes mes recherches, et pour faire bref, ceci : « en réalité, on décide d’aimer » et « au moment où la passion semble s’éteindre, les vrais sentiments peuvent commencer » (alors que tant croient que c’est la fin… il s’agit en fait d’un début, encore faut il savoir se saisir de cette opportunité avant de mettre un terme à la relation et d’aller chercher ailleurs les papillons...).

J’ai appris à méditer, et j’ai apprécié méditer (surtout), grâce à Jonathan Lehman. Il propose des vidéos de quelques dizaines de minutes, certaines avec des mantras, et ce sont elles qui ont le plus d’impact sur moi. Les mantras. Car oui, c’est cela, bien plus que le pouvoir de la méditation, j’ai découverts le pouvoir des mantras. Très bénéfique sur moi, de façon… quasi-instantanée.

 

 

 

 

 

J’ai appris que je n’étais pas seule.

J’ai appris que j’étais parfois trop dure. Avec les autres, mais aussi avec moi-même.

J’ai appris que j’avais eu raison de m’éloigner des personnes jugeantes, malveillantes, et de me détacher des relations malsaines. Que je n’avais pas à avoir honte de moi. Que je ne devais pas me laisser définir par les autres.

J’ai appris que j’avais eu tort d’avoir eu certaines réactions par le passé, et, même, que j’avais pu avoir des comportements malsains et me montrer bourreau malgré moi. Et j’ai décidé de ne pas reproduire les mêmes erreurs à l’avenir. Je désire mettre fin au schéma. Aux répétitions. Je soigne mes blessures de petite fille, pour y parvenir…

J’apprends à remplacer ma colère par de l’amour.

 

 

 

 

 

Je me laissais toujours une porte entre-ouverte concernant la cigarette. « J’arrête, mais je m’autorise à fumer de temps en temps, pour le plaisir ». C’était facile, de ne pas s’engager. Mais ça ne marche pas. J’étais toujours tentée ou en questionnement (j’y vais, j’y vais pas ?). Si j’achetais un paquet, je le fumais trop rapidement. Je culpabilisais ensuite. Je le voyais sur ma peau, je le sentais sur mes mains. C’est terminé tout ça. Comment j’ai fait ? J’ai promis à ma fille que je ne fumerais plus jamais. Je n’ai donc plus le choix. Et quelle libération ! C’est comme si, enfin, le bouton off dans mon cerveau était enclenché. Je me sens libre. Libre de ne plus me torturer, lorsqu’une collègue sort fumer et me propose une cigarette. J’ai le pouvoir de dire non. Je n’avais plus le choix de dire oui. Et je m’en suis saisis.

J’ai découverts à quel point j’étais pleine de ressources. A quel point je pouvais être fière de moi : je n’ai presque pas de besoins matériels. Je me sens complètement détachée du fait de posséder. Une belle maison, des beaux meubles… beaucoup de choses me paraissent superflues. La qualité, le nécessaire, l’important. Société de consommation, tout est fini entre nous. Trop de choses sont inutiles. Mensonges. Besoins créés de toutes pièces.

J’ai découverts que je pouvais être fière de moi car j’apprends très vite de la vie. Que j’en fais déjà beaucoup, tout le temps. Pour moi. Pour mon enfant. C’est important de se le dire à soi même. De reconnaitre notre propre travail, notre avancée.

Quelqu’un m’a fait remarquer dernièrement à quel point j’avais de la chance de savoir m’émerveiller et prendre plaisir aux plus petites et insignifiantes (pour certains) choses du quotidien. Oui, j’ai de la chance de fonctionner ainsi naturellement. C’est vrai.

J’ai découverts a quel point j’avais de la chance d’avoir des gens vrais autour de moi. Savoir bien s’entourer. C’est un peu ce qui compte le plus, finalement… et ça veut dire quoi, bien s’entourer ? Pour moi, ça veut dire s’entourer de personnes qui nous ressemblent. De personnes éclairées, saines, bienveillantes, qui nous aiment profondément, et nous tirent vers le haut. Qui nous comprendront, nous accepterons, nous respecterons. Qui ne seront pas dans le jugement, le chantage affectif, la malveillance, la culpabilisation, les reproches, l’intimidation, le déni de nos émotions et sentiments, la suspicion, la critique continuelle, ou quoi que ce soit d’autre de rabaissant, ou de négatif.

Merci.

Gratitude envers la vie.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s