Qu’est-ce qui vous met en joie ?

Par défaut

Il est 5h52. Ma fille dort. Et moi, je me suis levée sur la pointe des pieds. Dans notre petite maison de campagne, tout est silencieux. J’ai allumé le sapin et la crèche dans le salon. Seuls les radiateurs émettent un petit bruit, de temps à autre -je préfèrerais que ce soit le crépitement d’un feu de bois, dans une cheminée… mais je suis au chaud, et c’est tout ce qui compte-.

J’ai hésité. Me rendormir, ou bien me lever ?

La magie du matin et la perspective d’avoir un peu de temps à m’accorder ont eut raison de moi.

J’aurais aimé avancer dans mes contes pour enfants. Méditer, ou bien faire du yoga. Mais j’avoue que tout cela me demande un peu trop d’efforts à cette heure là. J’ai juste envie d’écrire ici, tranquillement.

Au mois de juillet j’ai commencé un livre que vous connaissez peut-être : « Journal à compléter – 5 ans de réflexions ».

Le 11 décembre, la question était : « Qu’est ce qui vous met en joie ». Avec un -tout- petit espace pour répondre. Insuffisant pour moi. Alors, j’ai pensé que développer ma réponse dans un article, ça pourrait être sympa.

1000 choses me mettent en joie. Et je crois que c’est ça, qui est magnifique. Malgré la vie. Malgré les épreuves. Malgré tout ce qui se passe, actuellement. Être capable de trouver seul son bonheur, d’ouvrir les yeux -ou de garder les yeux ouverts- sur ce qui est beau, agréable, et nous fait plaisir…

« Il en faut peu pour être heureux ». J’adore cette chanson.

Je trouve mon bonheur… en me levant avant l’aube, réveillée par la truffe de mon Golden sur ma face, à 5h00. En éclairant les décorations de Noël. En allumant une bougie. Je sais que ma fille dort paisiblement dans la pièce d’à côté, et ça, ça me met en joie. Elle est là, tout près de moi. Bien. En sécurité. Tout est calme dans la maison, mais aussi dehors : c’est le bonheur de vivre en campagne. Pas de talons qui font clap-clap au plafond. Pas de moteur. Pas de porte qui claque. Et, j’irais même plus loin, en ce monde et ces temps obscurs peuplés de fous : pas de craintes, pas de peur au ventre, pour sortir et se rendre n’importe où. GRATITUDE.

Bientôt, ma fille se lèvera. J’entendrais, pour commencer, ses petits pieds nus se hâter dans le couloir. La porte du salon s’ouvrira doucement. Et elle apparaitra, les cheveux dans le visage, les yeux à peine entre-ouverts, avec son « Lapinou » serré contre elle. Ses bras fluets enlaceront mon cou. Et je blottirais mon visage au creux de son cou, tout fragile et tout chaud, en l’écoutant téter son pouce. Je respirerais son parfum, que j’aime tant, son odeur de bébé, enivrant.

De toute façon, toutes les journées passées avec elle me mettent en joie. Dans les plus petits recoins des plus simples instants. Dans les clapotis du bain. Dans une promenade dans les champs. Dans le coupage minutieux de ses ongles. Les mercredis sont précieux. Nos weekends aussi. Tout comme nos soirées en fait. Tout nos moments. Et nous ne nous ennuyons jamais. Aujourd’hui, nous allons piquer de clous de girofle l’orange de Noël; dessiner des sets de tables pour le réveillon, écouter des contes, cuisiner… je me sens si bien, ensemble, chez nous. C’est un des plus grands bonheur de ma vie, qui me suffit et me comble pleinement. Qui me remplit, tout simplement. GRATITUDE.

Mais encore…

Un de mes petits plaisirs se trouve dans le son qu’émet une cafetière en train de couler. Dans l’odeur de cette boisson des dieux qui s’élève et embaume toute la pièce. Rajoutons à cela de belles tranches de pain traditionnel grillées… du beurre salé… quelques chocolats à grignoter… et mon bonheur est complet ! Haaa le petit déjeuner. Deux oranges fraiches pressées. Un sachet de croissants chauds sur la table. Instant sacré de la journée.

Depuis que je vie seule (j’entends par là, en « seule adulte de la maison »), j’ai aussi ajouté une tasse de café après le dîner ! Parfois, on se prépare un petit déjeuner en guise de dessert… c’est un peu une fête, lorsque je propose après manger : si on se faisait un ptit déj ?

De toute façon, plus largement, cuisiner me met en joie. Les multiples et subtils parfums qui s’échappent des casseroles (le plus merveilleux étant le mélange oignons, ail et poivrons en train de dorer dans l’huile d’olive). J’aime aussi laver, éplucher, couper, râper. Je ne peux plus me passer de légumes et de fruits frais. Lorsque je reviens de Biocoop, je les « expose » dans ma cuisine, et j’admire, pleinement satisfaite, mon « butin » ! Parfois, même, je prends une photo !

Il y a les femmes pour qui une virée chez Zara est une joie. Et puis il y a moi, qui ne peut pas être plus heureuse qu’en entrant dans un Biocoop ou, encore pire et mieux, en faisant le marché. Hoo quel bonheur suprême le marché ! Tout ces étals, tout ces parfums… quand je pense au marché, c’est le marchand d’olives qui me vient en premier. J’ai toujours trouvé ça tellement beau, un marchand d’olives. Et puis ça sent tellement bon…. il y a les épices et le poulet rôti, aussi… je ne peux pas rentrer du marché sans poulet rôti. C’est compliqué.

Entrer dans une boulangerie humer les odeurs de pains en train de cuire, ça, j’adore aussi. Et repartir avec une pâtisserie… c’est la cerise sur le gâteau. Mais… elle pense qu’à manger ? Euh, oui ! Lorsque j’ai commencé à travailler dans mon asso, je « faisais une descente » chaque jour sur la place pour m’offrir un gâteau… gloups… il faut dire que je n’avais pas l’habitude de travailler en ville, avec tout ces délicieux mets à disposition.

Je vais essayer d’accélérer, sinon je risque d’écrire un roman sur le sujet… bon, laissons un peu la bouffe de côté. Aussi noble soit-elle.

Malgré parfois ma « colère » contre le fonctionnement de notre société et l’organisation du  travail qui parfois nous volent notre santé, notre forme, et nos précieux instants de vie… je dois dire que, l’une des choses qui me met en joie, c’est aussi l’association pour laquelle je travaille. Et, surtout, les gens. Qu’il s’agisse des salariés ou des usagers. Les salariés et bien…. chaque matin, c’est un peu comme si j’allais « retrouver mes copines » au lycée. Et ça, ça fait toute la différence avec n’importe quel autre taf. GRATITUDE. Et les résidents et l’approche des différentes cultures m’enrichit profondément. Souvent, lorsque les gens viennent régler ou chercher le courrier, on discute, on plaisante. Parfois, même, je ne me sens pas d’humeur à sourire. Mais une personne entre. Et lorsqu’elle repart, je me rend compte que… grâce à elle, je suis allée jusqu’à rire. Ne pas avoir envie de sourire. Puis se surprendre à rire… je trouve ça plutôt chouette. Alors, merci. Merci à toutes ces personnes, qui vivent dans des logements quasi vides, nous préparent des gâteaux avec le peu qu’ils ont pu obtenir aux Restos du cœur. Qui vivent loin de chez eux, arrachés, déracinés. Qui ont connus la guerre, l’horreur, la mort, la séparation, des traversées inimaginables pour arriver jusqu’ici.  Ils attendent avec anxiété une réponse qui représente souvent une question de vie ou de mort. Et ils sont là, remplis. Remplis de chaleur, tout simplement.

(J’ai cessé d’écrire à ce moment là. Ma puce est arrivée dans le salon, s’est blottie dans mes bras… puis comme elle avait fait un cauchemar, je suis retournée me coucher avec elle… jusqu’à… 8h30 ! Et oui, me suis rendormie.)

Reprise à 19h05. Hélas, je suis seule à présent. Mon amour de poupée est partie chez son père.

Je vais lister toutes les autres choses qui me mettent en joie… puis vous inviter à tout simplement faire de même, vous concernant. Comme ça, dés que vous aurez un moment de cafard…(comme c’est le cas pour moi ce soir), vous saurez ce que vous pourrez faire à ce moment là, pour vous redonner du baume au cœur (ne serait-ce un tout petit peu), et occuper votre esprit. C’était ça, le but, en fait.

  • Un bon verre de vin à déguster le vendredi soir. Ou n’importe quel autre soir ou moment. Avec une personne proche. (Je ne bois pas seule… impossible ! je n’y arrive pas. Pour moi, un verre de vin, ça se partage).
  • Une promenade en foret avec mon chien. Haaa, la forêt… j’en parle dans un autre article je crois…
  • Marcher, tout court. N’importe où. Jaime les randonnées. A la découverte de la nature, des sentiers, des villages…
  • Courir.
  • Danser, chanter. Jouer la comédie. (là, c’est plus que de la joie : c’est mon exutoire, ma passion, mon « truc » quoi).
  • Regarder une bonne série, ou un film sympa (Love actually, à chaque période de fêtes, par exemple).
  • Admirer un paysage blancs, gelés. Admirer la nature, tout court.
  • Me faire chauffer au soleil, l’été. Sentir la bonne odeur des champs de blé.
  • Lire un bon livre.
  • Écouter des podcasts ou des conférences. J’ai découverts la chaine TEDx Talks il y a peu. Depuis, j’enchaine. Et ça me sauve, parfois.
  • Entrer dans une église. L’odeur et la résonance. La présence ressentie. Tout m’apaise.
  • Aller au restaurant.
  • Me parfumer. J’adore les parfums. Mais vraiment. C’est une passion.
  • Les bougies.
  • Les savons.
  • Les fleurs.
  • Recevoir du courrier.
  • Faire une ballade en vélo.
  • Écouter le chant des oiseaux.
  • Écouter le chant des moissonneuses, l’été.
  • Écrire, bien sur.
  • Quand ma maison est vraiment toute propre, après le grand ménage. Big satisfaction. J’ose à peine marcher.
  • L’odeur de la pelouse fraichement tondue.
  • Le bruit de la machine à café dans les bars. Pccccchhhhhhhhhhhhhhhh cccrrrrrrrrrrr. Avec les ptits croissants sur le comptoir.
  • Paris. J’aime beaucoup Paris. Mais aussi la Bretagne. Et l’Auvergne. Du coté de Arles. Et l’Espagne, claro.
  • Entendre parler Espagnol.
  • Le soleil qui rentre par la fenêtre de ma cuisine, le matin.
  • Les couleurs de l’automne. L’odeur des arbres, des feuilles, de la terre après la pluie.
  • Le parfum des draps propres. Me glisser dans des draps propres. Dormir dans des draps propres. Oui c’est ça, je devrais les laver tous les jours en fait, parce que c’est trop agréable.
  • Les bibliothèques.
  • Les fêtes médiévales. (autre passion).
  • Les salons du bien-être. (autre passion…..)
  • Les marchés de Noël.
  • Les piano-bar, les café-théâtre. (autre passion…)
  • Les animaux.
  • Le Puy du Fou.
  • La mer, les bateaux. Les ports.  (autre pa…. ok j’arrête)
  • Tout ce qui est rétro, vintage, années 30/50. (passion ouais encore et à peu près pareil pour tout ce que je cite ici en fait. Je kiffe pas mal de choses…).
  • Le vieux cinéma français.
  • Les théâtres.
  • Être chez mes parents, dans la maison de mon enfance. Je me sens comme si j’étais toute petite…
  • Les calèches.
  • Les coquelicots.
  • Les abeilles.
  • Les toiles d’araignée pleines de gouttelettes de rosée.
  • Les percussions.
  • Le piano.
  • Les 4 saisons, et surtout l’hiver, de Vivaldi. Et tant d’autres musiques… la liste serait trop longue.
  • M’endormir près d’une cheminée, ou avec une petite lumière…
  • Marcher dans les flaques avec des bottes en caoutchouc….

………. et tant d’autres choses. C’est à vous.

mother and daughter on grass

Photo de Daria Obymaha sur Pexels.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s