Ça n’a pas de sens…

Par défaut

…pour moi.

Ou plus de sens, alors que ça pouvait éventuellement en avoir avant.

Beaucoup de choses sont devenues… un non sens pour moi. Beaucoup de choses que je pouvais faire ou penser, ou être, auparavant. Soit par contrainte/obligation. Soit parce-que j’étais tout simplement différente, il y a quelques années.

  • Râler contre les petits tracas du quotidien. C’est fou comme nous pouvons nous gâcher la vie en râlant. Nous choisissons d’accorder de l’importance a de petits détails qui n’en n’ont pourtant aucune. En les entourant et en nous entourant d’énergies néfastes. Nous choisissons de nous vider de notre bonne énergie vitale. De l’épuiser. Pour quoi ? Pour des petits désagréments qui font partie de la vie. Râler ne sert à rien du tout, et n’arrange pas la situation. Râler peut-même empirer une situation qui a la base était minime. Alors que si nous choisissons de la  vivre positivement, d’en tirer profit, nous sommes souvent surpris du résultat. Dans sa globalité. C’est à dire de l’impact sur nous même mais aussi sur la situation. Nous vivons plus tranquillement, lorsque nous concentrons notre esprit sur « ce qui va bien ».
  • Se disputer avec autrui de manière stérile. Sans communication constructive, j’entends par là. Si la personne s’emporte et que la conversation part dans un « sans queue ni tête », ou si elle élève la voix, je stoppe direct. J’ai le sentiment que ça m’épuise complètement. Et ça ne sert à rien, encore une fois. S’écouter et discuter calmement sont les seules façons d’avancer. Essayer de se comprendre et de tolérer les différences de l’autre, aussi. On ne peut pas être d’accord sur tout. Il ne faut simplement pas nier ces différences ni minimiser nos ressentis ni ceux de la personne d’en face. Respect et bienveillance.
  • Juger les autres. Chacun nait avec des blessures. Accumule des expériences qui vont avoir une incidence sur son existence, sa personnalité, ses croyances, sa vision des choses, son comportement. Chacun à des bagages. Des souffrances. Et respecter cette sphère qui appartient à l’autre, qui ne nous regarde pas, et qui nous dépasse…  est la meilleure manière, je pense, de vivre en société. Qu’il est simple de juger autrui. Souvent, un jugement reflète une peur. Des croyances limitantes. Ou encore ce que nous sommes, nous, et non ce que l’autre est. Pour finir, il est facile de juger ce à quoi nous n’avons jamais été confrontés. Chaque histoire et chaque être étant différent.
  • Me plaindre trop longtemps. Il est parfois nécessaire et libérateur de s’autoriser à se  laisser aller au déversement de tout ce qui nous assaille. Pendant 15 minutes. 1 heure. 1 journée. C’est ainsi, ça fait du bien, et il ne sert à rien de nier ce moment parfois vital ou l’on a simplement besoin de lister tout ce qui nous affecte, nous encombre, nous dérange, nous cause difficulté ou souffrance. Jusqu’à un instant « butoir ». Ensuite, il faut… se bouger. Trouver des solutions et prendre des décisions. Se demander comment on peut réagir face à ce qui ne peut être changé. Et comment agir pour changer ce qui peut l’être.
  • Devenir propriétaire de certains/de trop de biens matériels. Acquérir des meubles chers. Accorder trop d’importance aux nouveaux carreaux de la salle de bain ou au lino de la chambre. Pour moi, ça ne fait vraiment plus sens du tout. En fait, je suis heureuse d’avoir un toit. Une maison aménagée par mes soins, avec mes gouts, mes affaires. Une localisation satisfaisante (=dans la campagne, dans mon village). Mais ce que je ne comprends plus, c’est l’importance -pour moi quelque peu démesurée- que les gens y accordent ainsi que le prix des choses. Un canapé à 1000 euros. Une table basse, aussi jolie soit elle, pour 500 euros. Un lit a 800. Je ne sais comment dire, mais aujourd’hui je trouve cela curieux, bizarre, sans intérêt ?? Parce que pour moi ça ne sert à rien, d’acheter des choses a ce prix, tout simplement. La plupart de mes meubles ont été fabriqués maison, ont fait l’objet de dons ou viennent d’Emmaus et… je ne ressens pas le besoin de plus/ ou de plus beau. Quant à devenir propriétaire… peut être, un jour, j’y reviendrais. Mais ça me parait tellement de tracas pour pas grand chose, au final. Tellement d’argent qui pourrait servir à autre chose (financer une formation, un stage, des vacances, des sorties…). Bref. Nous sommes de passage, ici. Et je préfère « investir » sur mon esprit…
  • Les réunions trop sérieuses (alors qu’il n’y a pas de quoi) et qui « ne servent à pas grand chose ». Avec des gens qui ne me ressemble pas. Devoir parler avec ces personnes de « choses de surface » comme je les appellent. De choses superficielles en somme. J’ai l’impression, lors de ces réunions, que chacun porte son petit masque. Une impression de faux.
  • Passer du temps/une soirée tout court et sans qu’il s’agisse de réunions d’ailleurs,  avec des personnes qui ne me correspondent pas, à discuter de sujets qui me semblent futiles. Je m’ennuie et j’ai le sentiment de perdre mon temps…
  • Courir et stresser tous les matins pour arriver à l’heure au travail. A 5 minutes près. Pour moi ça n’a aucun sens. Il me semble qu’au Danemark, les gens fonctionnent différemment. Les salariés organisent leurs journées, et peuvent arriver plus tard ou partir plus tôt dés lors que tout est réalisé et qu’il n’y a pas de problème.
  • Prendre du temps pour faire ses courses en supermarché. 1h. 2h. Au secours. Pour moi c’est encore une perte de précieux temps…
  • Me sentir offensée par les aides accordées aux autres personnes, aides auxquelles je ne peux prétendre (ex : chômage, allocations, etc.). Ça ne me regarde pas. Ne m’outrage pas. Ne me dérange pas. Quelle énergie gaspillée que de ressentir de la colère contre cela !
  • S’imposer des choses ou brutaliser mon corps dans l’espoir d’être plus belle, plus mince, plus jeune, plus musclée etc. En fait, plus je vieillis, mieux je me porte. Et j’agis dans le but de prendre soin de moi et de ma santé. Je ne vais pas jeûner pour perdre du poids par exemple, mais pour purifier mon organisme. C’est marrant, quand j’avais 20 ans je m’imposais des séries d’abdos. Aujourd’hui, j’aime mon corps, tout simplement. Il n’a pas besoin d’être musclé pour cela. Et le simple fait de prendre soin de lui et de sa santé le rend rayonnant.
  • M’imposer des choses qui me rebutent. Que ce soit des sorties, des invitations, des personnes que je n’ai pas envie de fréquenter, des activités… je ne vois pas l’intérêt..?
  • Imposer à mon esprit des films violents, ou d’horreur. Des informations terrifiantes. Pour ce qui est du fictif : je ne comprends pas pourquoi créer et regarder des images et propos à ce point… perturbants pour l’esprit. Pour ce qui est du réel : je ne me voile pas la face. Je suis au courant de ce qui se passe dans le monde. Je travaille au sein d’une association qui accueille et accompagne des demandeurs d’asile et je suis confrontée à leur réalité et à leur passé chaque jour. Donc rien à voir avec le syndrome de l’autruche. Seulement, regarder les informations chaque jour, qui visent à n’exposer que le côté le plus négatif et dévastateur de la planète et de la société… non. Un jour, je marchais en ville et je tombe nez à nez avec un gros titre écœurant. Du genre Pierpoljac qui a étripé son chien avant de le manger (humour). En quoi, sérieusement, est-il utile d’affliger cela à mon esprit ? A part m’écœurer pour la journée (sinon plus), et me tirer vers le bas, me donner des idées noires, etc. ?? Je ne vois pas. Donc non. D’ailleurs, si je n’ai pas de télé et que je n’en veux pas c’est en partie à cause des informations.
  • La télévision. D’ailleurs. Dans son ensemble. Pourquoi ? Parce qu’elle expose à notre esprit des « données » que je ne souhaite tout simplement lui exposer. Les informations pour commencer. Mais aussi les publicités, qui stressent, affolent, et polluent le cerveau, sans parler du conditionnement. Pour finir, les émissions comme les Chtis ou Les Marseillais… et j’en passe… je ne souhaite tout simplement pas que ma fille puisse imaginer le monde sous cet angle, sous cette réalité… je n’en dirais pas plus. En général, à la télé, il n’y a tout simplement… pas grand chose qui vaillent vraiment le coup. Des bêtises, des horreurs, des incitations à la consommation, beaucoup de mensonges, et à part ça ?

En fait j’aspire à vivre simplement, avec authenticité, dans la paix intérieure, et extérieure -dans mes relations-. Aller vers ce vers quoi je souhaite tendre, moi. Et laisser les autres en paix. Je ne m’occupe pas de ce que fait ou possède mon voisin. A moins que cela ne nuise à autrui, je ne comprends pas pourquoi les gens vivent autant a travers les autres. Ou avec la peur que cela les desserve, eux..?

Je souhaite vivre avec une énergie positive, chaque jour, avec une lumière qui me pousse vers l’avant. Et avec ce qui me semble être essentiel.

La vie, avec ses évènements, ses deuils, etc… nous apporte déjà son lot d’émotions à gérer, alors pourquoi se charger en plus de choses négatives dont on pourrait se passer ?

Libérons nous de tout superflu.

Nous sommes tellement plus heureux, ainsi…

cropped-relaxing-in-nature_4460x4460.jpg

3 réflexions sur “Ça n’a pas de sens…

  1. Je suis d’accord sur beaucoup de point ci-dessus. C’est une bonne réflexion et je trouve aussi que nous nous imposons et nous inquiétons de trop de choses. Ce qui est cause de beaucoup de maladie psychologique … Bref! Pour vivre mieux, nous devons vivre à contre courant.

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s