Je ne mérite pas mieux. Pas plus.

Par défaut

Le défi des 100 jours – ABONDANCE- 1 ère semaine –

Voila déjà une semaine que j’ai commencé le défi.

-Avec difficulté, puisque ces 7 derniers jours ont été un peu chargés pour moi, pour une raison tout à fait personnelle… Je me suis sentie « peu disponible » intérieurement, émotionnellement. Pas du tout « la tête à cela ». J’ai décidé de poursuivre malgré tout.

Je pense que ce défi s’adresse aux personnes ouvertes, prêtes pour le changement. Déjà engagées dans cette voie, et en partie libérées des gros blocages. Aux personnes qui partiront sans à priori, qui ne seront pas rebutées par les défis proposées, et ne se trouveront pas d’excuses.

J’ai déjà ressenti un changement dans ma vie.

En tout cas, dans mon esprit.

Dans ma manière d’aborder certaines idées.

Et je pense que j’en aurais ressentis encore davantage si je m’y étais mise « complétement ». Mais la vie… est la vie. On ne maitrise pas tous les évènements. 

Ce cahier est merveilleusement bien fait, dans le sens où il va soulever des réflexions que vous n’auriez jamais pensé aborder. Il va également vous « obliger » à poser des intentions, chaque matin.

Par exemple, jour 1 : j’avais posé comme intention d’être dans la gratitude et la bienveillance. D’accueillir la journée, les personnes rencontrées. La vie a guidée mes pas jusqu’à une asso qui a beaucoup résonnée en moi. J’y retournerais dans l’année car des évènements y sont régulièrement organisés. Des balades contées dans la nature, des conférences autour du thème de l’écologie, etc. Les membres reflètent un peu « mon » monde, les valeurs auxquelles j’aspire : bienveillance, partage, retour à l’essentiel, douceur, authenticité…

Lors de la journée 2 : j’ai posé en bonne place dans ma demeure mon tableau de visualisation/d’intentions. Je l’avais déjà réalisé 15 jours plus tôt, sans même savoir que j’allais me lancer dans ce défi. Il représente surtout une abondance d’amour, de joie, et la vie à laquelle j’aspire. Mais j’ai également glissé la notion financière, tout timidement, dans un petit coin, pour commencer…

Journée 3 : J’ai appris que, finalement, je ne m’autorisais pleinement à recevoir. Que j’avais des peurs et des préjugés sur l’argent, et sur moi même, sans en avoir conscience. Je suis aussi un peu porteuse du fameux « syndrome de l’imposteur », j’ai tendance à me dévaloriser. En gros :

« Je ne mérite pas mieux, pas plus.

Je n’ai donc pas à me plaindre de ce que j’ai déjà ».

« C’est déjà bien assez suffisant « pour moi ».

« Et en quel honneur aurais-je droit au plein bonheur ? »

C’est sur qu’avec ces pensées là, comment recevoir davantage ? Le message que j’émets, même inconsciemment, est très clair. « Prière de ne pas dépasser pas la limite autorisée« .

Être dans la gratitude de ce que la vie m’apporte déjà, oui.  C’est même indispensable. Mais ancrer l’idée, même dans le plus petit recoin de mon inconscient, que je n’ai pas droit à plus… non. Je dois balayer certaines croyances. Faire le ménage.

Les intentions posées en début de journée nous ouvrent à la vie, aux personnes, au meilleur. Et nous font partir du bon pied, dans un état d’esprit positif et réceptif.

Les questions posées sont souvent révélatrices. Des choses ressortent sur le papier. Des petits traumatismes datant d’expériences parfois vieilles de plusieurs années, et qui, sans nous en rendre compte, nous ont marqués et transmis des perceptions erronées.

Grace au bilan journalier vous constatez qu’il y a du positif dans votre vie, aujourd’hui, et chaque jour. Alors que vous ne l’auriez pas forcément relevé en temps normal. Vous mettez l’accent sur vos réussites. Et ça, ça booste.

J’observe que, plus je chemine dans « ma » voie, plus des portes s’ouvrent.

Plus je crois en la magie, plus elle opère.

Plus je demande, plus on m’écoute.

Plus je transforme mes émotions en amour, et plus la vie met tout en place de façon naturelle et limpide.

Ce cahier contribue à tout cela.

Merci Lilou !