Les « tabous » féminins.

Par défaut

Dans certaines cultures, les femmes se retirent pendant leurs lunes.

Elles se reposent, elles prennent soin d’elles. Elles cessent, pendant un temps, de s’occuper de tous leurs proches, pour se mettre davantage à l’écoute de leur corps, de leur vibration, de leur énergie.

Dans notre société dite « civilisée », nous ne nous sommes pas données ce privilège. Nous devons nous lever, nous presser, assurer notre journée de travail aussi intensément que d’habitude, dans le déni total ou presque de ce qui se passe, là, en nous, et surtout sans s’en plaindre. Sous prétexte que « ce n’est pas une maladie ».

Effectivement, le cycle menstruel est naturel en soi. Mais cela ne signifie pas qu’il soit dénué d’effets et de sens. Il a son propre rythme. Ses pics d’énergie et ses moments de pauses…

Hélas, il est parfois presque « mieux vu » de « ne pas trop s’écouter ». De travailler « jusqu’au bout » pendant une grossesse, de ne « jamais s’arrêter ». Combien de fois ais-je entendu, sur le ton de l’admiration « à 8 mois elle repeignait la chambre de son bébé/elle travaillait toujours, c’est formidable ! ».

…si l’on écoute le corps, la nature, le bon sens, intuitif, en quoi est-il admirable pour une femme de ne pas privilégier le repos, que ce soit pour sa santé et pour celle de son bébé ? En quoi est-ce admirable de respirer des vapeurs toxiques émanant des peintures ou autre pour refaire une chambre qui peut attendre ? En quoi est-il admirable de mettre son bébé en danger, en gros ? Combien d’enfants naissent prématurément ou avec un poids très faible, enchainent les bronchiolites, etc ? Mais non, le lien ne sera pas fait avec la cigarette, avec les peintures toxiques, avec la malbouffe, avec le fait « d’en avoir trop fait ». En revanche, une maman qui s’écoute, s’informe, se protège, protège son enfant, se repose, elle… sera éventuellement « remise en doute ». Potentiellement on dira d’elle qu’elle est excessive ou douillette, ou encore qu’elle « s’écoute trop ».…

N’existe pas un réel problème de vision des choses, de blocage culturel, de déni ? D’égo peut-être aussi ? Car, finalement, que recherchent les femmes dans le fait de vouloir continuer à vivre « comme s’il ne se passait rien » ? De dépasser leurs limites ? Sont-elles simplement déconnectées au possible d’elles-mêmes ? Pas assez informées / conscientes ? Ou juste écrasées par la pression du regard de la société ?

Ceci ne sont que des questionnements, et malgré le « vous » employé je m’englobe bien évidemment dans le lot, car j’ai pu, moi aussi, me retrouver dans quelques schémas de pensées semblables auparavant. Le plus difficile est de les pointer et de s’en défaire.

Les espaces « d’écoute véritable et neutre » sont aussi rares et inexistants pour certaines femmes. Tout dépend de l’entourage (d’où la nécessité de « bien » s’entourer), du milieu peut-être aussi, des croyances ?…. En tout cas pour certaines, il peut être très difficile à trouver, et source de souffrance. Et qui ne se sent pas entendu, reconnu… à tendance à ressasser. A revenir dessus, pour libérer désespérément cet espace. Ou encore, à prendre le contrepied et à se fondre dans le mutisme… à chercher à s’enfouir sous une carapace protectrice.

Les espaces d’écoute sont indispensables pour s’exprimer, se questionner, se sentir soutenue, comprise. Pour évoquer des règles douloureuses, une endométriose, revenir sur un accouchement difficile, une fatigue post partum, etc. Pour parler des difficultés de femme, de façon globale. Il peut s’agir de contraception, de fausse couche, d’entrée dans la vie adulte…. Chaque étape apporte son flot d’émotions. Et si, à chaque tentative, l’on reçoit en retour un « mais non c’est rien/tu ne ressens rien/ne te plains pas/ne parle pas de ça/c’est dégoutant/c’est n’importe quoi » etc. comment s’épanouir ? Se révéler ? Guérir ? Passer à autre chose ? Les dysfonctionnement s’installent et se multiplient…

Heureusement, le monde évolue, les femmes éclairées commencent à naitre et à discuter plus librement. A s’ouvrir avec bienveillance.

A mon sens, les femmes sont missionnées pour assurer une transmission.

Celle-ci a, hélas, parfois été oubliée, ou bien a perdue de son sens. Ou, encore, elle ne s’est pas faite sur la base de l’amour mais a reposé uniquement sur la base de l’obligation liée à la peur.

On s’empresse d’expliquer les préservatifs, de faire vacciner contre le cancer du col de l’utérus, de donner la pilule… mais on ne célèbre plus le féminin sacré, on ne s’assoit plus pour parler à cœur ouvert.

Pour parler de notre corps et des relations intimes. Certains mots sont proscrits ou bien on en rougit, l’on emploi des formules bateaux abstraites ou trop scientifiques pour expliquer les règles, mais on oublie l’essentiel : d’évoquer la fatigue, les douleurs possibles, les peurs, les émotions liées au cycle de la femme.

D’autant que…

…le préservatif, (sans être conservatrice et tout en reconnaissant son lot d’avantages), a désacralisé et banalisé en quelques sortes l’union des corps…

la pilule a apporté les thromboses et les cancers… sans parler de la dénaturation complète du cycle, qui éloigne encore un peu plus la femme de son corps, et le médicalise à outrance. On fait l’autruche concernant les effets secondaires tels que perte de libido, chute de cheveux, migraines. Et j’en passe.

…ces vaccinations systématiques ont-elles vraiment une utilité et un sens ?

Se réapproprier son corps. L’écouter. En discuter. Se rassurer. Transmettre. Sur les émotions. Les peurs. Les joies. Les valeurs. Les douleurs. Les détails. Les doutes.  Ecouter. Soutenir. Observer. Se masser. Oser prendre son temps. Se reposer. Ouvrir son coeur. Et ouvrir ce partage aux hommes éclairés, pour leur permettre de faire partie de cette sphère féminine, afin qu’ils la comprennent mieux, qu’ils deviennent des alliés, des piliers, des soutiens fondamentaux.

Car il s’agit là encore trop d’un paradoxe : comment espérer être soutenue par nos homme et faire évoluer les mentalités si nous les tenons systématiquement à l’écart de tout ce qui pourrait « gêner » ? Si nous nous montrons en permanence sous un jour « faussé » et « lissé » ? Les médias se chargent déjà de véhiculer une image dénaturée et complètement éloignée de la réalité, concernant la femme et la sexualité… n’y contribuons pas davantage. Mais au contraire, rétablissons la vérité.

Le changement commence par nous-même. Aussi petit soit-il.

Assumons totalement notre être, osons tomber nos masques de wonderwomen.

Révélons la véritable femme et tout son potentiel, tout comme sa plus belle vulnérabilité.

Devenons des messagères auprès de nos filles. Auprès de toutes les femmes de notre vie. Ainsi qu’auprès de nos fils et de nos hommes. Sans rougir. Et sans trembler. En toute  authenticité.

En toute conscience.

adult-1807500_1920

Se soigner en conscience.

Par défaut

J’ai la sensation de savoir instinctivement ce qui est le meilleur pour moi-même. Pour mon corps. Ma santé.

J’ai développé au fil du temps une écoute et une analyse pointues de ce qui se passe à l’intérieur de mon enveloppe. Pourquoi ça se passe. Et quoi faire pour que ça passe.

Déjà, étape n°1 : « conscientiser ». Accepter. Et se demander… quels mots tentent de nous transmettre nos maux ? Autrement dit, quels messages ?

(Pour aller plus loin à ce sujet, je vous invite à consulter le site « ecoutetoncorps.com » et/ou à vous procurer le livre de Lise Bourbeau « Ecoute ton corps »).

Lorsque je me rends chez le docteur, c’est le plus souvent pour avoir un avis. Par précaution. Ou bien parce-que le « mal » est trop développé, et qu’il nécessite un traitement chimique (parce-que, oui, ça arrive aussi, d’avoir besoin d’un traitement chimique). Par exemple, j’ai développé cet automne une otite associée à un intense mal de gorge, et j’ai remercié les médicaments et la recherche d’exister… ! mais ça reste rare.

A différents moments dans ma vie je me suis retrouvée confrontée à des petits soucis de santé et à la médecine conventionnelle… et à plusieurs moments j’ai tout simplement ressentie au plus profond de moi, que… « je savais mieux » que cette dernière, et « comment me guérir».

Expérience avec l’endométriose.

Elle m’a été diagnostiquée en 2012. Plusieurs possibilités s’offraient alors à moi : 

  • Faire une cœlioscopie pour en savoir plus sur le stade.
  • Me lancer dans ce que l’on appelle une « mamie-pause » (et dans ce que j’appelle moi : un gavage d’hormones artificielles pouvant potentiellement amener un lot incommensurable d’effets secondaires fortement indésirable). 
  • Reprendre la pilule (qui camoufle bien la bête) et faire comme si je n’étais au courant de rien.

J’ai pris la décision à ce moment-là de ne pas faire de cœlioscopie. Je préférais me fier à mon ressenti et jauger à la louche le stade auquel l’endométriose pouvais se situer. Ce stade me paraissait plutôt surmontable, malgré les douleurs. L’endo ne devait donc pas être trop étendue.

J’ai ensuite pris la décision de ne pas reprendre la pilule. Voir même jamais. Et de m’occuper consciemment de cette maladie. De l’accepter, pour commencer.

Puis, de mener ma propre enquête sur le sujet.

Mes recherches m’ont menée tout droit au fait que les causes pouvaient être psychologiques. Le stress. Une expérience traumatisante. Une non-acceptation. Une blessure. Une trop grande volonté de contrôle. Un masque trop présent. Bref, mon endométriose s’était installée pour une raison. Et je devais trouver et soigner cette raison. La mettre en lumière.

J’ai aussi compris que les plantes pouvaient m’aider : l’Achille Millefeuille, tout particulièrement. J’ai pris 6 gélules par jour pendant plusieurs semaines. Les douleurs ont, progressivement, commencées à s’estomper… par la suite, je suis tombée enceinte, j’ai accouché de ma puce. Je n’ai jamais repris la pilule. J’ai continué l’Achille millefeuille, mais par courtes cures. Je suis partie à la recherche de mes blessures de l’âme. J’ai combiné tout cela a des massages aux huiles essentielles. A de la relaxation. A de la marche. A 3 jours de jeune.

…à ce jour, j’ai l’impression que cette endométriose à presque disparue… je n’y pense plus. Je ne la ressens plus. Ou alors, elle « revient » de façon minime et… je lui dis simplement bonjour et au revoir. Rires.

Autre petite expérience récente avec une ulcération de l’estomac.

Je me suis rendue chez mon docteur dernièrement pour une gastrite, suite à des maux d’estomac assez intenses. Il m’a prescrit 3 mois de « pansements gastriques » et du Gaviscon.

Si vous souhaitez mon avis sur ce genre de prescriptions, vous pouvez visiter :

Le diagnostic de mon docteur avait en fait validé le mien (c’était le but de ma visite), et ça me suffisait pour « m’auto-traiter » ! Je n’avais que faire de l’ordonnance qui a très vite terminée à la poubelle. 

Je suis partie à la recherche de la signification des maux d’estomac. Ce que j’ai lu m’a estomaquée (rires) car ça collait parfaitement. Ce que j’avais en fait du mal à digérer, c’étaient les changements qui s’opéraient dans ma vie à ce moment-là. C’étaient mes peurs, qui étaient acides ! J’ai pris conscience, plus que jamais, de tout cela. Je me suis relaxée. Je me suis envoyée de l’amour. J’ai envoyé de l’amour à mes peurs, et je les aie acceptées. J’ai combiné tout ce travail mental à une cuillère à soupe d’huile d’olive, à jeun, chaque matin, et à 2 gousses d’ail fraiches écrasées chaque soir.

Je ne ressens plus aucune douleur à ce jour.

Le business

Hier, je rigolais en écoutant une publicité chez mon ami… « vous avez les gencives qui saignent ? Achetez « nom du dentifrice ». Aïe ! Tout pour con-sommer.  En fait, avoir les gencives qui saignent lors du brossage révèle souvent un manque en vitamine C. Je prends en ce qui me concerne les comprimés entièrement naturels à l’Acérola, en cure. Et c’est bizarre, je n’ai plus de problème avec ça…

L’acérola est également exceptionnelle pour faire passer rapidement un rhume.

La vitamine D sous forme de gouttes, en prise régulière, pendant la période hivernale (la moins chère, la plus accessible, et la plus « pure » est la ZymaD, c’est celle que l’on donne aux nourrissons lors des premiers mois. Inutile de se ruiner avec un autre format).

Ce qui est également formidable quelques soient vos maux, c’est le jeûne. Très bénéfique, mais il faut cependant bien le réaliser, au bon moment, et en suivant « les règles » d’un « bon » jeûne. Je pense en refaire un de trois jours au printemps (car j’avais déjà expérimenté il y a quelques temps, et cela s’était avéré très concluant). Je vous embarquerais avec moi dans cette aventure en tenant un tableau de bord à ce moment-là.

Le jeûne purifie l’organisme. Brule les cellules endommagées, potentiellement cancéreuses. Vide le corps des vieux « restes » de médicaments, des résidus chimiques. Il clarifie l’esprit. Rééduque notre rapport à l’alimentation. Cependant, des « symptômes » de tout ce nettoyage peuvent nous déstabiliser et être mal vécus. C’est pour cela qu’il faut être bien préparé, et ne pas se lancer « à l’arrache » : parfois, par méconnaissance et en croyant se faire du bien, on se fait aussi beaucoup de mal, alors prudence…

Bref, grâce à mes ressentis, à mes recherches et à mon petit côté rebelle (je suis d’ailleurs abonnée à Rebelle Santé 😉 ) j’ai échappé à beaucoup de traitements chimiques très nocifs (même . Et, de ce fait, à pas mal d’effets secondaires / autres maladies.

 

woman walking on fence

Mon corps, ma maison…

 

Ceci est mon parcours et mon fonctionnement tout personnel. Je ne souhaite inciter personne à faire de même. Je ne suis pas docteure. Chacun est responsable de sa santé, de ses décisions, de ses actes, et libre de sa manière de penser. Je souhaite simplement témoigner de mon vécu, et peut-être porter à réfléchir, ouvrir à d’autres possibilités. 🙂